Comment estimer précisément ses revenus en portage salarial ?

Aujourd’hui, de plus en plus de consultants et d'auto-entrepreneurs choisissent le portage salarial. Cette alternative leur permet de profiter des avantages d’un salarié tout en gardant leur liberté et leur indépendance. Dans ce cas, c’est la société de portage salarial qui est l’équivalent de l’employeur dans le sens où c’est elle qui rémunère le salarié porté. D’ailleurs, question salaire, combien peut toucher le salarié porté ? On vous explique la manière d’estimer les revenus en portage salarial.

Le salaire brut et le salaire net

En portage salarial, c’est vous qui fixez vos tarifs. En d’autres termes, c’est vous qui négociez avec vos clients le montant de votre salaire brut. Précisons que le salaire brut inclut les honoraires, mais aussi les avantages sociaux. C’est à partir du salaire brut que vous pouvez avoir le salaire net. La formule est bien simple :

A lire aussi : Sauvegarder ses fichiers personnels en ligne

Salaire net = salaire brut – ( cotisations sociales + frais de gestion de la société de portage )

Pour avoir une idée précise du montant de vos revenus si vous passez par une société de portage salarial, passez par un simulateur de revenus en portage salarial.

A lire également : Comment héberger un site gratuitement ?

Les différents éléments à considérer pour avoir le salaire net

Comme nous l’avons évoqué ci-dessus, pour avoir le salaire net mensuel, le salarié devra déduire du salaire brut les charges sociales et d’autres frais. Penchons-nous sur les différents éléments qui vont être déduits du salaire brut. Il y a entre autres :

  • Les charges sociales : Le salarié porté, même s’il est portage salarial, reste un salarié. Ceci dit, il doit payer les cotisations sociales pour avoir accès aux prestations sociales comme la sécurité sociale, les indemnisations chômage, la prévoyance et les cotisations retraite. La société de portage salarial, de son côté, participe également à ces cotisations sociales avec le paiement des charges patronales.
  • Les frais de gestion : En jouant le rôle d’intermédiaire entre le client et vous et en se chargeant de votre accompagnement et de votre comptabilité, la société de portage salarial touche une commission. Elle le prélève sur la rémunération du salarié porté. La société de portage salarial indique dans le contrat qu’elle signe avec le salarié porté le taux de ces frais de gestion. Ce taux varie entre 5 et 10%. Rassurez-vous : le montant de ces frais de gestion est dégressif selon le chiffre d’affaires réalisé.

Les autres éléments qui viennent augmenter votre salaire net

La société de portage salarial peut vous parler des frais refacturés. On fait référence ici aux frais de missions comme les frais kilométriques, les frais de restauration et d’hébergement. Ceux-ci doivent être négociés avec le client avant le début de la mission. Même s’ils sont pris en charge par le client, on ne peut pas comptabiliser dans le calcul du salaire brut, car c’est le salarié porté qui doit les régler lors de la réalisation de la mission. Cependant, ils vont être restitués et ajoutés à votre salaire net.

Le salarié porté doit également régler de sa poche les frais de fonctionnement. Ce sont les frais professionnels liés à votre activité et/ou à la réalisation de la mission. Ça peut être des dépenses pour la prospection commerciale, pour l’achat des outils informatiques ou encore pour l’abonnement internet. On ne peut pas intégrer ces frais de fonctionnement dans le bulletin de salaire. Cependant, si vous présentez les justificatifs des dépenses à la société de portage salarial, elle peut vous les rembourser à hauteur de 30% du salaire brut et l’ajoutera à votre salaire net.

Lorsque le client règle la facture à la société de portage, cette dernière va directement toucher sa part et prélever les charges sociales. Elle va tout de même rembourser les frais de missions et les frais de fonctionnement si vous présentez des justificatifs. En général, le salaire net mensuel d’un salarié porté correspond environ à 45% de son chiffre d’affaires.