Elections présidentielles : Si Twitter était le vrai institut de sondage ?

David Schuster

élections 2012

Rassurez-vous, Nouslesgeeks ne deviendra pas un lieu de débat de politique, nous allons juste nous attacher à quelques chiffres.

En effet, vous n’avez pas pu passer à côté du ramdam autour de l’annonce des estimations des résultats du 1er tour de la campagne Présidentielle.

Revenons à la polémique qui a marqué le petit monde l’Internet avant le premier tour : les internautes les électeurs qui auront les estimations des résultats avant 20h seront-ils influencés avant d’aller voter ?

Afin d’éviter toute diffusion des résultats avant l’heure fatidique (instaurée par les médias Français pour faire de l’audimat) la Commission Nationale de Contrôle de la Campagne Électorale et le Procureur de la République rappelait que « toute forme de publication, de diffusion, de commentaire de sondages, par quelque mode que ce soit, est interdite », et que la violation de cet interdit « est sanctionnée par une peine d’amende d’un montant maximum de 75 000 euros prévue par l’article L90-1 du code électoral ».

En dehors de l’AFP, la presse française a respecté la loi. Mais chaque internaute pouvait se rendre dès 17h30 sur les sites Internet de nos voisins européens et bénéficier des premières estimations.

Evidemment, la communauté Twitter ne pouvait pas accepter cela !

radio londres

Depuis quelques jours déjà, les Twitonnautes avaient mis en place des codes pour communiquer sur les estimations avant l’heure fatidique. Ainsi, vous avez pu voir un hashtag historique devenir trending topics, #radiolondres, qui par l’intermédiaire de codes plus ou moins rigolos permettait de connaître les dernières tendances.

Quelques amis de la démocratie, eux, mettaient en place la riposte avec des hashtags du type #jelispaslesrésultats

Pour autant, on peut se demander si  l’impact de cette circulation d’information pourrait vraiment bouleverser les résultats. Combien d’électeurs seraient prêt à attendre 20h et les dernières estimations pour aller voter ?

Le point qui me parait par contre important de souligner avec ces estimations à 18h30 sur la toile, c’est du coup le peu d’importance que peu ressentir un électeur qui se rend à l’urne, passé cette heure, en sachant déjà que sa voix aura peu d’importance…

Le phénomène n’est pas récent

Déjà en 2002 on avait fleureté avec l’illégalité : les journalistes, le soir du premier tour, parlaient d’un chaos, et à la vue de l’excitation sur les plateaux de télévisions, il était évident que les résultats du FN étaient connus.

Plus récemment, l’affaire Strauss-Kahn a une nouvelle fois montré qu’à l’heure d’Internet, la communication est mondiale : en effet, les photos de Dominique Strauss-Kahn menotté à New York ont été interdites en France mais pas aux États-Unis. Il est évident que les images ont été vues quand même par les français.

Revenons tout de même à Internet !

Nous sommes abreuvés depuis 1 an maintenant de sondages, tous plus sérieux les uns que les autres, sur les futurs résultats de l’élection présidentielle. Chaque institut, chaque étude est considérée par les médias comme parole d’évangile. Notez tout de même que même à 20h, TF1 et FR2 annonçaient près de 2% d’écart pour leurs résultats pour Sarkozy.

Certain se sont donc demandé pourquoi flirter avec l’illégalité alors que la toile émettait des signaux intéressants ?
En effet, pourquoi prendre le risque de publier des résultats provisoires quelques minutes avant les résultats de 20h, alors qu’il existe un ramdam important autour des élections. Ainsi, il était sûrement possible de récupérer le bruit fait par un panel d’électeurs et ainsi voir les tendances qui se dessinaient.

C’est en direct sur www.presidentielles.socialtv-livebattle.fr que Novedia a scanné les conversations sur les hashtags des candidats entre 8h et 20h le fameux dimanche du premier tour : et étonnamment, le résultat de ces chiffres est comparable avec les résultats des candidats.

Ainsi, le site a permis de mettre en avant que le duo des candidats Nicolas Sarkozy / François Hollande arrive en tête avec 28,93% des conversations pour le 1er et 27,90% pour le 2nd soit à peine deux points d’écart avec le résultat des urnes.

Marine Le Pen ressort aussi avec 18,74% des conversations, devançant Jean-Luc Mélenchon et François Bayrou.

infographie élections presidentielles 2012

Ainsi on peut voir une parallèle intéressante entre le bruit fait autour d’un candidat sur Twitter et les résultats dans les urnes. Coïncidence ? Sûrement. Et si Twitter permettait « d’entendre » l’opinion publique ?

Cela ouvre des perspectives quant aux futures campagnes présidentielles : Obama, le président Américain, avait été le premier a considérer Twitter comme un canal de recrutement de voix.

Aujourd’hui, Twitter est considéré par la majorité des gens comme un espace d’information rapide. Apparemment c’est aussi un lieu représentatif de l’opinion publique, un espace d’échange important, où les tendances se dessinent.  On peut alors penser à manipuler ces espaces de communication en les surchargeant par exemple de bruit pour une idée, un candidat, et ainsi donner un poids plus important à ce bruit. Comme  pour les instituts de sondages ?

Comme le dit le communiqué de presse de Novedia :

« Avant les élections, il y a les estimations.

Après les élections, il y a les publications.

Et pendant… les conversations ? »

Il va donc falloir étudier les impacts du deuxième tour : les résultats dans les urnes seront-ils proches des résultats des conversations sur twitter ? Les communicants  des deux partis vont-ils se servir de cet espace pour étudier les tendances ?

Et vous, vous allez suivre le deuxième tour sur Twitter ? 


Une réponse à “Elections présidentielles : Si Twitter était le vrai institut de sondage ?”