[Article Invité de PierreBenoit Lagoeyte ] : Vampires numériques

Tout le monde connait le mythe du vampire, colporté depuis des milliers d’années sous différentes formes. Ils ont peur du soleil (en meurent la plupart du temps), craignent les symboles sacrés et surtout sont immortels. Qui plus est, ils sont stériles et possèdent des pouvoirs surhumains en compensation.

Vous vous demandez sûrement où je veux en venir…
Ce mythe semble s’être transposé dans les réseaux sociaux car comme tout être le vampire a besoin de reconnaissance mais il est forcé de se cacher dans l’ombre de part sa nature monstrueuse. C’est là que les réseaux sociaux entrent en compte !

Souvenez-vous du vampire Lestat issu de l’univers d’Anne Rice qui n’hésite pas à briser les tabous en se dévoilant à l’humanité entière en tant que rock-star complètement déjantée.

N’en sommes-nous pas là à présent sur les réseaux sociaux ?

Tous vampires numériques !

Hidden Lurker

Le réseau social, c’est l’anonymat par excellence, du moins, c’est encore possible. Il est facile de se dissimuler derrière un avatar et d’observer, d’épier sans vraiment révéler qui vous êtes réellement. Même si Google et Facebook tendent à vouloir changer cet aspect peu reluisant des réseaux sociaux, nous continuons tous plus ou moins à profiter des failles des réseaux pour découvrir à l’insu de nos victimes des bribes de secrets.

Give me the power !

D’autres, plus habiles, vont user de leur influence pour se créer une véritable cohorte de « goules » asservies à leurs ordres. Je grossis le trait, je parle bien entendu de Twitter et de ses communautés d’influence avec ses gourous qui par quelques tweets finement distillés peuvent générer un véritable raz de marée. Les communautés blêmes de vampires numériques tremblent devant ces maitres d’orchestre, leaders d’opinion pour certain. Ajoutons que Klout, le supra mega indice de mesure de l’influence sur les réseaux sociaux permet de déterminer à quel point vous êtes une véritable pointure du net avec une étude précise de qui vous influencez et de qui vous influence…
Comment ne pas céder aux sirènes du sang maudit ?

Bite me, I am Famous !

LinkedIn, Viadeo, autant de réseaux professionnels pour étendre son réseau de fidèles coworkers, relations de travail et bien entendu amateurs de sang frais. Réseaux d’immortels du web à la recherche avide de deals, de contacts pro, profitables pour permettre de nourrir cette faim numérique et réelle, propre aux plus grands prédateurs vampiriques. Est-ce que j’exagère ? Sûrement un petit peu. Pour le reste, il est très facile de se constituer un réseau pro sur LinkedIn à moindre frais. Par d’aimables truchements, l’exploiter n’est pas forcément difficile et à vous l’influence vampirique et l’intégration dans de nouveaux cercles pro jusqu’alors seulement rêvés.

I am legion !

Maintenant que vous êtes partout sur le web, pro et perso, il ne vous reste plus qu’à prouver que vous êtes partout physiquement. Un vampire se doit être omniprésent et doit visiter tous les endroits possibles et inimaginables, ne serait-ce que pour déclencher l’envie de ses « goules » qui le suivent avec un regard attentif et admiratif. Heureusement Foursquare est là ! (bon on oublie « Places », Facebook a fait son aveu d’impuissance en laissant son concurrent mieux faire le travail !). Où que vous soyez, dites-le. D’ailleurs, pourquoi ne pas faire partager aussi à vos fidèles « goules » l’endroit où vous avez fait l’amour ? Avec « I Just Made Love », vos voyeurs compagnons vont savoir que vous avez assouvi vos appétits sexuels vampiriques partout où vous le souhaitez. Quel plus beau cadeau à leur faire…

Narcissus narcosis

Le tableau est sombre. J’y vois surtout l’idée d’une réflexion de fond sur ce que nous sommes sur les réseaux sociaux et ce que nous en faisons en toute honnêteté. Les réseaux nous procurent un bien être profond mais aussi nous exposent à une certaine baisse de moralité par instant. Ne jamais oublier que nous restons humains, humbles, que se perdre dans les turpitudes de ces sirènes peut nous conduire à cette bestialité vampirique, à cette relation souillée avec nos followers ou nos « amis » à qui nous imposons parfois malgré nous la démonstration crasse de nos égos démesurés.

J’en rajoute ? :p

Énormément, sans aucun doute ! Remarquez, ce n’est pas évident pour une créature millénaire de découvrir les réseaux sociaux après une longue période à dormir sous la terre ^^

Baisers sanglants !

Retrouvez moi sur Twitter : @nhetic

8 réflexions sur « [Article Invité de PierreBenoit Lagoeyte ] : Vampires numériques »

  1. daummage ?! 😀

    J’ai essayé d’en corriger un peu et j’en ai surement rajouté aussi 😀 (pour revenir à l’équilibre…) l’autographe mais quel fléau !
    En tout cas, je suis juste complètement fan de ton style et du parallèle vampire – influence, merci encore pour cet article 🙂

Répondre à Pitufa007 Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *