Google Wallet : le portefeuille électronique

David Schuster

Nouslesgeeks on a toujours notre smartphone à porté de la main. On en a déjà parlé comme étant un moyen de communication de la génération Y. notamment afin de checker nos moindres déplacements. Mais depuis quelques mois, votre smartphone devient bien plus qu’un moyen de communication.  Google, et son hégémonie, vont peut être bien transformer votre téléphone en un super portefeuille avec le « Google Wallet ». Détails.

On entend tous parlé du paiement mobile : il s’agit d’un moyen de paiement, à l’image de Moneo, permettant de régler ses achats courants directement via sont téléphone portable. Ainsi votre fidèle compagnon n’est plus un simple objet de télécommunication, voir un appareil photo, il devient un portefeuille virtuel. Une association française, créée en 2008 (il y a trois ans déjà) Payez mobile permet ainsi aux acteurs du secteur de normaliser ce nouveau mode de paiement.

Avant de parler de la dernière en date du géant de la Silicon Valley, Google, revenons quelques instants sur le paiement mobile ou le « m-paiement ».

Il existe actuellement 3 catégories de paiement par mobile utilisant chacune des technologies spécifiques : il s’agit du paiement à distance, du paiement de proximité via une borne, et enfin des transferts d’argent de mobile à mobile. Une véritable guerre pour imposer une norme technologique a déjà commencé.

Ce type de paiement est pensé pour remplacer les opérations fiduciaires pour des petites sommes, correspondants souvent aux dépenses de la vie courante chez votre commerçant : boulangerie, café, tabac, courses d’appoint voir coiffeur, pressing etc.

De plus, ce type de paiement pourrait à terme, venir remplacer le chèque, qui pourrait bien devenir payant.

Google Wallet logo

Google se lance dans la guerre du paiement à distance (ou paiement sans contact) et lance ainsi les prémisses d’un nouveau modèle économique.

Nous connaissons tous le paiement mobile, alors en quoi Google compte (encore) tout révolutionner ?

En effet, en Asie notamment, le paiement mobile existe et fonctionne depuis des années. Et même plutôt bien. Il existe aussi des solutions telles que Square.

Mais Google a toujours une longueur d’avance : le moteur de recherche veut révolutionner notre manière de consommer, en modifiant notre écosystème dans son ensemble, en se basant sur la personnalisation et la géo localisation. Rien que ça. « 1984″ is back.

Google Wallet en bref

Google Wallet

Dès jeudi, à Portland, google propose son nouveau service, qui sera déployé pendant l’été 2011 aux Etats-Unis avant que la firme de Moutain View s’attaque à l’ensemble de la planète. Pour l’instant, cela fonctionne uniquement sur le Nexus S 4G qui est équipé de la fameuse puce NFC. Google s’est allié à l’opérateur Sprint ainsi qu’à Mastercard (pour son système TouchPass) et à quelques partenaires comme American Eagle ou Subway pour le lancement de cette nouvelle offre.

Le paiement chez le commerçant se fait en posant son téléphone sur le terminal du commerçant, un peu à l’image du pass Navigo.

 

Bon mais c’est quoi ce truc de la mort qui tue ?

En fait, le Google Wallet, c’est une application à télécharger. Des API permettront aux développeurs d’intégrer Google Wallet dans leurs applications. Alors ça y’est, vous avez compris le truc ?

Et oui. Google va ainsi vous traquer dans la rue et vous proposer, à chaque fois que vous passerez devant un magasin, un distributeur etc. une offre, un bon de réduction, une publicité, une réduction instantannée. Votre portable se mettra à vibrer devant chaque magasin, et les publicitaires vont tout faire pour vous faire rentrer dans les magasins. En quelques instants, le passant pourra acheter le produit, en passant son téléphone équipé devant la borne de la caisse. Ni vu, ni connu.

Il s’agit du marketing one to one poussé à son paroxisme.

Evidemment, les défenseurs de la vie privée vont avoir un nouveau terrain de bataille tout trouvé.

Ainsi, Google a trouvé un nouveau moyen d’avoir des revenus publicitaires. Et vous en serez les victimes !

Et ce n’est pas un petit marché, puisqu’on parle du fait qu’Apple, Paypal Amazon, Facebook (ça nous aurait étonné) ou encore Ericsson s’apprêtent également à investir ce marché estimé à 81 milliards d’euros en 2014, selon l’institut Juniper Research.

Sécurisation des données

A l’heure actuelle, il s’agit d’un point primordial : la solution du géant Californien est-elle capable de résister aux hackers ?

Les développeurs de Google ont prévus trois niveaux de protection.

- la puce NFC possède des informations cryptées, permettant un paiement uniquement avec les terminaux qui ont été approuvés (un peu à l’image de Verisign pour l’e-commerce).

- lors de la transaction sans fil, les données sont protégées par le système de Mastercard, réputé.

- L’application en elle-même est accessible uniquement après avoir rentré un code PIN.

Le numéro de votre CB (puisque le paiement se fait via la CB) ne s’affiche jamais à l’écran de votre téléphone. Au cas où vous ne souhaiteriez pas utiliser votre CB, Google met en place un système de cartes pré-payées,  baptisé Gcard, sur laquelle on peut transférer des fonds.

Google Wallet : le paiement mobile

 

Remue ménage

A peine l’annonce de Google faite, Paypal et Amazon ont porté plainte pour vol de technologie. Paypal affirme que Google a débauché l’un de ses responsables sur les paiements par mobile et qu’il aurait même volé des secrets industriels. Le lancement à Portland (dont les commerçants ont suivis en masse le lancement, ville possédant beaucoup de magasins technologiques) est vu par certains comme un moyen d’étouffer l’affaire.

Groupon LE site spécialisé dans le commerce local et les coupons de réduction se pose comme un serieux concurrent puisqu’en trois ans, la société est déjà été valorisée à environ 15 milliards de dollars. Google avait tenté de racheter Groupon pour 6 milliards de dollars, mais celui-ci l’avait envoyé balader !

Il reste maintenant à voir si Google en ouvrant les festivités le premier sera capable de conserver son leadership, et à installer sa norme.

Surtout, les européens seront-ils prêt à utiliser ce mode de paiement ?

En attendant que cela arrive en France : Google Wallet


8 réponses à “Google Wallet : le portefeuille électronique”

  • Alexandre a dit:

    Il manque plus que Google carte d’identité et Google carte vital et il nous connaitra mieux que nous même ;D

  • Hélène G. a dit:

    Très bon article ! J’ai pas mal étudié le sujet dans le cadre d’un cours lors de mon séjour à l’étranger, et dieu sait qu’il y a pas mal de choses à dire :)

    En revanche, je trouve très minimaliste de comparer le paiement mobile à Moneo…Surtout quand on voit le flop que ce concept à fait ! A la limite, s’il fallait le comparer, je le comparerais plus volontier à une carte bancaire !

    Par ailleurs, le m-payment ne se limite pas forcément aux petits achats… à terme je pense que cela pourra couvrir tout type de dépenses, petites ou plus importantes (comme avec une CB, une fois encore, ou le chèque, comme tu le dis).

    Concernant mon avis sur le développement de cette soluton de paiement…A l’heure actuelle, la principale limite (outre le fait que les utilisateurs ont « peur » du manque de sécurité) provient du coût de mise en place pour les commerçants : investissements matériels, commissions des opérateurs téléphoniques ou des fournisseurs du service, …
    Etant donné la faible proportion d’utilisateurs potentiels à l’heure actuelle, les commerçants ne sont pas encore prêt à ‘sauter le pas ». Cela ressort d’une étude réalisée en 2008 (donc qui date un peu), mais qui reste à mon avis assez pertinente. Mais gageons qu’avec la prolifération des smartphones et la mise en vente plus importante sur le marché de smartphone intégrant des puces NFC, cela n’est plus qu’une question de temps !

  • David Schuster a dit:

    Merci Hélène ! Nous pourrions peut être approfondir le sujet du m paiement qui est très vaste !
    Actuellement, Google Wallet est vraiment prévu pour les petits achats chez les commerçants, afin de supprimer la monnaie au fond des poches, un peu à l’image de Moneo, qui marche finalement mieux dans les cantines d’entreprises, les parcmètres parisiens etc. que chez les commerçants. Je ne parlerais donc pas de flop puisque qu’une grande partie des parisiens (au moins…) sont obligés de l’utiliser.
    Le m paiement, est selon moi, vu de la même façon. Il évoluera ensuite vers le remplacement de la CB et du chèque quand il aura pris sa place. Je te rejoins donc sur ce point ;)

    • Hélène G. a dit:

      Au temps pour moi, dans ma province Monéo n’a pas vraiment eu de succès et je pensais que c’était le cas partout (mon département d’origine ayant été l’un des départements tests, à l’époque) ! Mais en effet, ça fonctionne peut-être mieux à Paris !

      On pourrait en effet approfondir le sujet, ne serait-ce qu’au niveau des technologies utilisées/utilisables et des différentes utilisations possibles…

  • jeff a dit:

    Le paiement sans contact devra passer plusieurs « défis »:

    - pour le paiement des petites sommes: il faudra que les banques ou les opérateurs mobiles renoncent à des commissions élevées sinon les commerçants ne suivront pas comme pour Monéo. Parisien moi même, je constate qu’il est rarissime de trouver un commerçant qui accepte Monéo, véritable flop (même la Mairie a du faire marche arrière et remplacer Monéo par les CB pour les parc-mètres).

    -pour les sommes plus élevées: savoir si ce mode de paiement offrira les mêmes services que le paiement par carte bancaire, à savoir bénéficier d’une assurance, être couvert en cas d’utilisation frauduleuse, paiement en débit différé.

    - physique: pour les transports en commun, il faut par exemple passer son pass navigo assez prêt du lecteur, voire le faire glisser dessus. Quand je vois la vitesse à laquelle s’use la protection de mon pass navigo, je me dit que je vais devoir investir dans un budget coque de protection pour protéger mon mobile le jour pour pouvoir utiliser le NFC dans le métro