La guerre des géants du Web : Google Vs. Facebook

Nouslesgeeks, on a trouvé très drôle la guerre entre Google et Facebook sur la réciprocité des informations fournies à l’autre. Et puis on a voulu savoir ce qui se cachait derrière tout ça pour le partager avec vous. Pour nous (moi en tout cas), Facebook est le concurrent le plus sérieux de Google. En avril 2010, Facebook a même fait sensation dans le monde d’Internet en devenant le site le plus visité devant Yahoo! et Live (Wikipédia étant lui aussi dans le top 5). La guerre avec Facebook a donc pris son envol.

Depuis, on peut dire que les deux géants californiens de la Silicon Valley ne sont plus vraiment amis (mais l’ont ils déjà été ?) : le contrôle du web est en train de se jouer derrière nos écrans, pour le meilleur et pour le pire. Avec plus de 500 millions d’utilisateurs et 570 millions de pages vues au mois d’avril 2010, Facebook, fondé en 2004 par Mark Zuckerberg, est sans conteste le premier site communautaire mondial. Bien sûr, Google, avec plusieurs centaines de millions d’utilisateurs chaque jour reste prépondérant. Mais, en terme de temps passé sur le site, Google s’est fait dépasser par Facebook aux États-Unis cette année. En effet, selon une étude ComScore, les Américains ont passé 41,8 millions de minutes sur Facebook en août 2010 alors que les sites de Google (Youtube inclus) en dénombraient  39,6 millions.

A quoi cela est dû ?

Sur Facebook, les internautes peuvent trouver énormément de choses, il ne s’agit pas seulement de partager son statut, ses photos et son réseau de contacts. De plus, Facebook est le premier média utilisé par les jeunes.

De plus, Facebook devient un moteur de recherche : Facebook intègre les résultats du moteur de recherche Bing lorsque l’on effectue une recherche via son moteur. Ainsi, l’internaute qui navigue sur Facebook n’a même plus besoin de sortir de la plateforme pour effectuer une recherche sur le web. Ainsi la majorité des internautes peuvent effectuer une grande partie de leur navigation Internet depuis le plus grand réseau social mondial. Ce service va être prochainement amélioré et optimisé pour le réseau social : Bing va intégrer prochainement, aux USA tout d’abord, les conseils d’amis.

Ainsi le premier réseau social mondial s’est allié à un moteur de recherche de poids pour contrer le géant Google : ainsi Facebook se positionne à la fois comme un portail de recherche institutionnel et aussi un moteur de recherche basé sur les recommandations de nos amis.

La force de Facebook

Facebook utilise les pages Fans et les Groupes comme moyen de donner de l’information aux internautes sur les entreprises. Une sorte de moteur interne, mis en ligne par les entreprises elles-mêmes, un peu à l’image de Wikipédia. Une entreprise peut ainsi créer une communication différente (et plus proche de l’internaute) par ce biais. Ainsi, selon une étude de la société Compete de décembre 2009,  « Facebook aurait renvoyé deux fois plus de trafic sur les portails de type AOL, Live, … 13% de leur trafic aurait été généré via Facebook contre 7% par Google ! »

La réponse du géant de la recherche Google

On comprend alors l’intérêt que porte Google aux communautés depuis maintenant plus d’un an, avec des exemples (flops) tels que Wave ou encore Buzz. Ainsi, l’industrie de la recherche sur internet est en pleine mutation, et bien qu’en France Google reste très fortement majoritaire, il n’en est pas de même aux Etats Unis.

Pourquoi cette guerre depuis quelques jours entre Google et Facebook ?

Il y a encore quelques jours, on pouvait trouver nos contacts Gmail inscrits eux aussi sur Facebook. Depuis, Google a bloqué la possibilité d’avoir accès aux contacts Gmail.

Cela est dû au fait que Google accuse Facebook de puiser dans les données de ses utilisateurs sans pour autant permettre l’accès aux données de ses propres abonnés. Un utilisateur ne peut ainsi pas récupérer sur Gmail ses contacts Facebook pour les ajouter à son carnet d’adresse.

En outre, Eric Schmidt, le patron de Google, avait annoncé sans détour en septembre, que« la meilleure chose qui puisse arriver, c’est que Facebook ouvre ses bases de données ». Car, pour l’instant, Google n’a pas accès à ce qui se passe sur Facebook. En effet, Larry Page, le cofondateur de Google, regrettait au printemps dernier le fait de ne pas avoir accès à des données personnelles : « Pour améliorer la qualité des réponses aux recherches, nous avons besoin de toutes ces informations. Notre ambition est d’organiser toute l’information du monde, pas juste une partie. »

Insatiable Google ? Oui.

Facebook a donc réagit en début de semaine pour contrer le blocage de l’API Google : il suffit aux membres de télécharger le fichier de leurs contacts de Gmail puis de le transférer sur les serveurs Facebook.

Google contre cette nouveauté par voie de presse : Google se dit  «déçu que Facebook n’ait pas investi son temps à donner la possibilité à ses usagers de sortir leurs contacts de Facebook». L’absence de réciprocité selon Google serait la raison de cette guerre.

Depuis deux jours, Google passe le même message à ses utilisateurs qui essayent d’importer leurs contacts Gmail vers Facebook : «Attendez un instant. Êtes-vous bien certain que vous voulez importer l’information de vos contacts dans un service qui ne vous laissera pas les sortir ? »

On peut alors se demander quelle ampleur va prendre cette guerre des données. De plus, Facebook est proche de Yahoo! et de Microsoft. Or ce sont les deux plus proches concurrent de Google. Sacré enchevêtrement.

Mais faut il avoir peur de Facebook ?

Sur Facebook, c’est l’internaute qui décide quels sont les informations qu’il souhaite mettre à la disposition de la communauté (photos, statut, adresse, emploi etc.).

Sur Google, le problème est tout autre du fait des outils utilisés par les internautes : on a vu notamment les problèmes liés à la synchronisation des comptes Gmail (avec Viadeo par exemple). Google connaît tout de vous : vos amis, vos centres d’intérêts, vos recherches, vos déplacements sur Google Maps, les informations sur vos sites via analytics, vos mails, l’ensemble de votre navigation Internet, ce que vous postez sur son réseau de partage (photos, vidéos) ou encore sur ces (défunts) réseaux sociaux (Buzz, Wave). Et cela, vous ne pouvez pas le contrôler, à moins de ne pas l’utiliser tout simplement, contrairement à Facebook.

Chez Google, on est inquiet

Google semble se sentir très menacé. En effet, les 23000 employés de la société viennent d’être augmentés de 10% ce qui représente des centaines de millions de dollars. Cela est dû au fait qu’il y a une fuite des cerveaux créateurs du fameux algorithme. Ils sont attirés par l’émergence de nouvelles stars du web, notamment dans le domaine des réseaux sociaux. Facebook peut être ?

En effet, selon le Wall Street Journal, « environ 10 % de ses employés ont fait leurs armes chez Google et d’autres compagnies de la Silicon Valley. Le réseau social compte aujourd’hui 1 700 employés, contre 1 000 il y a un an. Twitter est passé d’une centaine à 300 dans le même délai, et LinkedIn pense également doubler ses effectifs d’ici à la fin de l’année. »

Les prochaines semaines risquent d’être chargées en information sur ces géants du net. Ouvrons l’œil !

@davschuster pour @nouslesgeeks

4 réflexions sur « La guerre des géants du Web : Google Vs. Facebook »

  1. Pour aller plus loin dans cette guerre des titans :
    un bruit court sur Internet depuis quelques heure maintenant.
    Facebook semble vouloir contrer Google en venant le concurrencer sur un de ces services phare : Gmail.
    Il s’agirait du Project Titan, présenté en interne de Facebook comme un « tueur de Gmail », affirme TechCrunch.
    Les utilisateurs seraient alors en possession d’une adresse du type @facebook.com (ce qui est plus classe que Gmail pour Google). La technologie utilisée serait de type POP/IMAP permettant d’utiliser cette messagerie sur nos smartphones, client mails etc.

  2. le pitoyable empire d’escroquerie de marc zuckerberg va s’écrouler… Il est en face d’un géant, il s’agit de la visibilité numéro 1 sur le net.

    de toute façon tout cela ne m’intéresse pas, je trouver ses projets complètement absurde, pour pas dire débile.

    Les hommes sensés ne passent pas leur temps à écrire des absurdités à longueur de journée sur ces sites snob sans savoir ce que cela leur rapportera en retour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *