Il y a une bombe dans mon Google

Bombe GoogleNouslesgeeks on adore les blagues sur Internet. Du coup on est toujours à l’affut des choses qui nous feront rire, qui nous amuserons.
Or tout le monde parle du dernière phénomène à la mode : le Google Bombing ou bombardement Google dans notre belle langue. Nous qui sommes fan de référencement naturel, ce concept nous plaît tout particulièrement.

Même si on sait que beaucoup d’entre vous savent déjà beaucoup de chose sur ce phénomène qui est maintenant assez ancien (on en parle dès avril 2001), tout le monde ne sait pas encore comment ça marche.

Tout d’abord, il faut noter que c’est une pratique qui est de plus en courante depuis quelques mois. On a beaucoup entendu parler autour de Sarkozy, que ce soit en 2005 lorsque la requête « Sarkozy » renvoyait sur le site du film « Iznogoud », ou alors lorsque la requête « Fils à papa » renvoyait sur Jean Sarkozy, le fils du président de la République. Aujourd’hui, Sarkozy est toujours victime de Google bombing : lorsque l’on tape « Trou du cul du web », on tombe sur le Facebook de Sarkozy. Il est d’ailleurs intéressant de noter que Google Suggest ne propose aucun résultat pour cette requête, tout comme Google Instant. Google serait il influençable ?

Bon, mais tout cela ne nous dit pas ce qu’est le Google Bombing de façon concrète.
Vous l’aurez surement compris avec les exemples ci avant, le but d’un Google Bombing est de faire ressortir un résultat « choisi » en première position de Google pour une requête donné. Le rêve de tout référenceur en soit !


Mais alors, pourquoi ça marche alors que je travaille depuis 6 mois sur le boulanger de mon quartier et qu’il est toujours en 4ème page ?



Parce que !

Parce que ce type d’actions sont toujours menées  contre des personnes physiques ou morales connues, pour une expression ou un mot-clé donné.
Pour cela, une communauté se met en place : on les appels les lanceurs de bombes. Ils s’appuient alors  sur la popularité des sites internet accordée par les moteurs de recherche ou plus précisément le Page Rank cher à Google. Il ne s’agit donc absolument pas d’un piratage comme on l’entend souvent, ni de hackers, ou de sombres hors la loi, juste de communauté de gens qui exploitent une faille de l’algorithme du géant de l’internet. Bien qu’en 2007, les experts Google ont modifié l’algorithme afin de limiter ce genre de pratiques, on voit aujourd’hui qu’il est toujours possible de mettre en place un Bombardement.

En s’appuyant sur le poids d’un texte avec un hyperlien vers une page, les lanceurs de bombes utilisent un texte précis qui pointe sur une même cible, via une multitude de nom de domaines. Tous les liens (ancres) pointent alors vers un site précis pour un texte identique. Lorsque les internautes tapent alors ce texte précis comme recherche ils tomberont alors sur le site cible de ce lien.

Il s’agit donc aujourd’hui d’un enjeu important pour les sociétés et les entreprises : un Google bombing peut permettre de ternir l’image d’une société et ainsi de mettre chez mal sa e-reputation.

Ainsi, en septembre, Sarkozy et l’UMP essaient de gérer leur réputation sur Internet suite aux perquisitions issues de l’affaire Bettencourt. En achetant sur Adwords (l’outils de gestion Google des annonces payantes)  le mot clé « Perquisition » pour renvoyer sur le site de l’UMP avec une annonce indiquant « L’UMP pas perquisitionnée ».  Ikéa avait lui aussi réalisé cela lors des grèves de février 2010.

Je vous laisse vous amuser cette semaine avec le bouton j’ai de la chance de Google qui renvoit directement au premier résultat pour les requêtes  » Trouver chuck norris » ; « french military victories » ; etc.

Je vous souhaite une agréable semaine bande de geeks !

@davschuster pour  @nouslesgeeks

5 réflexions sur « Il y a une bombe dans mon Google »

  1. Un très bon exemple également, et pour le coup avec une vraie revendication derrière : il y a quelques années la requête « jews » (juifs, pour les non-anglophones) avait pour premier résultat un site antisémite. La communauté web (y compris des juifs, mais pas que) avait fait des démarches auprès de google afin que ce résultat soit renvoyé plus loin dans les pages ou carément effacé. Google, comme à son habitude, a refusé de modifier les résultats et la solution adoptée par la communauté a été un google bombing.

    Comme quoi, le Google bombing ne sert pas uniquement à se moquer de Sarkozy ou des victoires françaises, mais aussi à dénoncer des sites « pas tout à fait très corrects ».

    1. D’ailleurs je viens de voir que lorsque tu tapes « Facebook » dans Google, la 3 ème position est occupée par la page fan de Nicolas Sarkozy
      incroyable xD

      @Hélène : en effet, il y a aussi des « bonnes » utilisations du Google Bombing. Moi je trouve que c’est une arme incroyable pour le Réf. Nat. !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *