[Article invité d’Anhtuann] Les maths ça sert à rien.

Les Maths ça sert à rien !

Bonjour tout le monde ! Moi c’est Anh Tuan (prononcez « Antoine », mes copains de maternelle m’ont rebaptisé ainsi parce qu’ils n’arrivaient pas à le dire « à la viet ») et je suis étudiant en Maths-Info à Montpellier.

Vous devez vous dire : « Mais c’est qui celui-là ? Qu’est-ce qu’il fait ici ? » Et vous auriez raison, je ne fais pas partie du staff, je ne connais même pas personnellement les fondateurs du blog, je ne les ai même jamais vu ! Mais grâce à la magie du net, NouslesGeeks a eu la merveilleuse idée de donner la parole aux lecteurs le 3 de chaque mois. Et pour cette toute première, me voilà donc la guest (pas) star de Juillet !

Je vais donc vous parler de Maths. Ah j’en vois déjà qui grimacent au fond là. Ne vous en faites pas, j’ai l’habitude … A chaque fois que je dis ce que je fais dans la vie, les gens ont cette grimace entre le dégout et la compassion.

Les Maths, c’est LA matière qui a traumatisé des générations et des générations d’écoliers. Entre les problèmes, les tables de multiplication, les tracés au combo compas/équerre, les passages à tabac au tableau, le prof a tout un arsenal digne des camps de concentration pour laisser une trace émotionnelle négative à vie dans le coeur de ses élèves.

Puis vient la délivrance, l’âge adulte où on se sent libéré du carcan des chiffres et autres figures géométriques. Fini les équations du second degré, les études de fonction, les nombres complexes, c’est la LI-BER-TE ! Mais il suffit qu’un étudiant en Maths (moi par exemple) parle de son cursus pour se retrouver en position fœtale à sucer son pouce et à répéter : « Les Maths ça sert à rien! ».

Si vous vous reconnaissez dans ce portrait à peine caricaturé, vous avez trouvé votre sauveur (rien que ça …) En effet, je vais (tenter de) vous expliquer comment les Maths peuvent être utiles.

Déjà, vous faites des Maths tout le temps, sans vous en rendre compte.

Quand vous allez à la boulangerie compter votre monnaie pour ce succulent pain au chocolat, vous faites des Maths.

Quand vous planifiez votre trajet sur une carte routière, vous faites des Maths.

Quand vous (plutôt les femmes) voyez 25% de réduction sur cette magnifique robe qui vous fait de l’oeil derrière la vitrine, vous l’achetez PUIS vous faites des Maths pour savoir combien elle a coûté à votre mari/petit ami. (ah -25% de 600 euros, ca reste cher).

En fait, les Maths sont n’importe où. Dans les téléphones portables, les cartes à puce, les ordinateurs, il y a des Maths. Même les domaines artistiques n’échappent pas à la main mise des nombres. Vous avez déjà dû entendre parler de proportions et de perspectives en dessin par exemple. Vous l’avez bien compris : les Maths sont PARTOUT.

Alors il vaut mieux apprendre à appréhender ce monde de chiffres dans la joie et la bonne humeur. C’est peut être une aberration pour vous mais on peut même faire des Maths pour le fun ! Résoudre des problèmes de plus en plus compliqués, tenir un raisonnement logique correct du début à la fin, ça peut vraiment être grisant. C’est un peu comme gagner une partie d’échecs très serrée ou réussir une grille de mots croisés.

Je ne vous dis pas que vous serez à même de résoudre des équations différentielles dès la première semaine ou que les matrices algébriques n’auront plus aucun secret pour vous mais essayez de passer outre le blocage psychologique instauré durant vos années scolaires et vous verrez qu’on peut prendre plaisir à étudier les Maths.

Pour finir, je vous conseille de lire un super livre intitulé : « Les mathématiques de tous les jours » aux éditions Broché. Il vous éclairera un peu plus sur l’apport des Maths dans la vie quotidienne.

Voilà, j’espère que cet article vous a plus, n’hésitez pas à commenter et/ou me
suivre sur mon compte twitter @anhtuann

PS : Pour écrire cet article, j’ai utilisé 3816 lettres réparties en 682 mots et répété « Maths » 17 fois
(oups désolé déformation professionnelle, je compte tout!)

10 réflexions sur « [Article invité d’Anhtuann] Les maths ça sert à rien. »

  1. Fac de math rpz poto !

    Les maths font peur parce qu’ils sont mal enseignés! Je n’ai jamais compris pourquoi on m’a filé une année de philo en terminale ou pourquoi on m’a savatté mes bulletins de notes avec cette drôle de matière qu’est l’espagnol.
    Si on m’avait expliqué pourquoi j’étais obligé de travailler ces deux matières ignobles, j’aurai probablement été moins traumatisé. Mais c’est le système éducatif français qui est en cause.

    Le plus choquant dans ce registre, c’est justement la fac où je suis. Je suis à Lyon, en licence Mathématique/Informatique.
    On a des cours de programmation, et 90% des étudiants n’ont jamais entendu parler du C avant de venir ici. (choquant mais c’est comme ça!)

    Et bien les prof ont une approche sur-pédagogique du truc. C’est à dire qu’ils expliquent très bien comment faire ses programmes, afficher 10 « * » avec une boucle while, puis apprendre à manipuler les chaines, les structures etc. Au bout du compte, personne ne sait à quoi va servir tous ces programmes débiles.
    Si nos prof nous expliquaient qu’après quelques années on serait capable de créer des GUI, de relier nos programmes au web etc, alors les troupes seraient certainement moins traumatisés par les cours d’info…

    Puis pour revenir à ton article, les maths sont devenus, avec le temps, une sorte de légende urbaine. Même si le système éducatif change et que les apprendre devienne un plaisir, je doute qu’on sorte de la spiral infernal « bon en math = gros geek » et « math = merdasse ». 🙁
    J’aimerai bien pouvoir créer un monde sans math et y balancer tous les abrutis qui s’en plaignent à longueur de temps, qu’ils comprennent un peu… Mouahaha (6)

  2. Ce qui est génial avec cette idée d’invité du mois, c’est qu’après la publication de mon article, j’ai pu en discuter avec des personnes qui l’ont lu. Echanger, communiquer, argumenter … tout ça amène une grande richesse.

    Merci à toi Stéphane pour ton avis très pertinent et pour aller encore plus loin, je vous invite à regarder cette conférence TED sur l’enseignement 2.0 des mathématiques http://bit.ly/cW3n73

  3. @Stéphane 🙂 allez hop, tous dans le monde de oui oui, ils feront moins les malins. j adore le concept @anthuann tant mieux c’est frais, très bon article en tout cas.

  4. J’ai toujours eu une relation compliquée avec les maths. Vu mon parcours (entre autres Bac S et Licence Informatique) j’ai du faire avec les maths et je les ai souvent détestées (j’ai en plus le cerveau pas très entraîné eu calcul mental). Mais cette sensation qu’on ressent quand on a compris une méthode/concept et réussi à comprendre toute la puissance du raisonnement, c’est assez unique.

    Donc vive les maths et plus généralement, vivent les sciences et la logique

    1. Je vais sembler un peu catégorique mais pour moi, le français est indispensable à la bonne communication. Sans ces règles, on ne peut plus se comprendre ni échanger. Toutes ces heures de grammaire et d’orthographe m’ont permis, entre autre, d’écrire cet article et surtout d’être compris de tous. Donc pour moi, pas de débat, le Français est INDISPENSABLE

  5. Mon cher Anh Tuan.
    Je viens de me rendre compte malheureusement que les maths ne rendait pas plus intelligent.
    citation « Quand vous (plutôt les femmes) voyez 25% de réduction sur cette magnifique robe qui vous fait de l’oeil derrière la vitrine, vous l’achetez PUIS vous faites des Maths pour savoir combien elle a coûté à votre mari/petit ami. (ah -25% de 600 euros, ca reste cher). »
    Est-il jamais passé comme idée dans votre tête de macho qu’une femme n’achetait pas forcément ses robes avec les sous de son ami/mari ?
    N’en avez-vous pas marre de véhiculer des clichés grotesques et idiots ?
    Je suppose que vous êtes jeune puisqu’encore étudiant, ça ne vous gène pas de réfléchir comme un vieux con ?

  6. @Tunturi les maths ne rendent pas forcément plus intelligent mais n’empêchent pas d’avoir de l’humour. Je pense avoir adopté dans cet article un ton léger qui aide a passer un sujet plutôt difficile. Je présuppose que vous n’êtes pas juif/juive puisque vous ne m’avez pas sauté à la gorge sur mon analogie entre les profs et les tortionnaires de camps de concentration. A ce compte là, vous attaquez vous aux blagues de belge, blonde sous prétexte qu’elles véhiculent une image négative ?
    Vu mon prénom, vous pouvez aisément comprendre que j’ai eu ma dose de racisme et de préjugés. Je profite juste d’Internet pour me rire de ces clichés et malgré votre manque d’humour je ne me suis MOI, jamais permis de douter de votre intelligence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *